Les plantes médicinales accompagnent l’homme depuis l’Antiquité, il n’y a pas de culture qui n’ait développé sa propre flore médicinale, qui se transmet généralement par tradition orale. Jusqu’à il y a quelques décennies, la reconnaissance de ces plantes faisait encore partie de l’étude médicale et également d’une large connaissance populaire.

L’urbanisation croissante et l’éloignement qui en résulte des sources sauvages de plantes médicinales ont conduit à une méconnaissance croissante de leur présentation naturelle. Bien que la plupart des gens croient reconnaître une plante médicinale par la forme de ses feuilles, son odeur ou d’autres caractéristiques, la reconnaissance spécifique d’une plante n’est possible que si vous avez ses organes sexuels, c’est-à-dire si vous avez sa fleur. Cette floristique des plantes médicinales est peu connue bien qu’elle aurait une utilité pratique en nous permettant de reconnaître exactement que nous sommes face à la plante médicinale que nous recherchons et non contre une autre espèce ayant des caractéristiques similaires de ses feuilles ou tiges.

Une particularité des plantes médicinales est que certaines d’entre elles ont des fleurs d’une beauté inhabituelle. Dans la sélection suivante, nous montrons quelques fleurs de plantes médicinales qui se distinguent dans certains cas par leur large utilisation et dans d’autres par leur variété et leur diversité d’utilisations thérapeutiques, mais en même temps elles ont des inflorescences d’une beauté particulière et particulière. Toutes les photos correspondent aux jardins botaniques de plantes médicinales du Centre national de santé interculturelle (CENSI) de l’Institut national de la santé, à Lima, Pérou.

Ces jardins sont uniques en leur genre dans notre pays car ils préservent plus de 500 espèces différentes de plantes médicinales, la plupart péruviennes, permettant ainsi à leurs visiteurs non seulement d’en apprendre davantage sur les propriétés traditionnelles des plantes mais aussi de se délecter de la rare beauté de ses fleurs.

CEDRON (Aloysia citrodora Palau)

Arbuste originaire d’Amérique du Sud, également connu sous le nom de verveine aromatique, Il a été introduit en Europe depuis le 16ème siècle. En médecine populaire, il est utilisé sous forme d’infusion comme tonique gastrique et dans le traitement de l’indigestion. En médecine traditionnelle péruvienne, des utilisations plus larges sont signalées, y compris les affections respiratoires ainsi que gastro-intestinales. Un effet antioxydant a été scientifiquement prouvé.

AGUAYMANTO (Physalis peruviana L.)

Plante péruvienne indigène, son fruit est connu sous le nom de groseille du cap en Amazonie et en anglais sous le nom de goldenberry, elle appartient à la même famille (solanacées) que la pomme de terre et la tomate, elle s’est répandue dans toute l’Amérique et une grande partie de l’Afrique, où elle est cultivée commercialement . En plus de son utilisation dans l’alimentation, son effet antioxydant et antitumoral dans le cancer du poumon a été prouvé.

ACHIOTE (Bixa orellana L.)

Arbuste sud-américain connu pour ses graines qui contiennent le pigment rocou ou bixine largement utilisé dans l’industrie alimentaire. Ses utilisations traditionnelles, très larges, vont de l’utilisation rituelle de sa coloration à l’utilisation des feuilles pour leurs propriétés antimicrobiennes et antifongiques.

CANTUTA (Cantua buxifolia Juss. Ex Lam)

Fleur nationale du Pérou, à l’époque inca elle était consacrée au soleil ou Inti et pour cette raison sa large diffusion. L’inflorescence était utilisée en médecine populaire contre la toux et pour les yeux enflammés. La décoction de fleurs et de branches s’utilise contre la diarrhée.

YAWAR PIRI PIRI (Eleutherine bulbosa (Mill.) Urb)

Traditionnellement utilisé pour les problèmes de fertilité et les maladies gynécologiques. D’autres utilisations traditionnelles l’incluent en tant que Vulnéraire, plantes utilisées pour traiter les plaies superficielles et les ulcères. Son effet antibactérien et antifongique a été démontré.

CAIGUA (Cyclanthera pedata (L.) Schrad)

Plante grimpante originaire de la côte péruvienne et répandue dans la zone andine de toute l’Amérique du Sud; bien connu pour l’usage nutritionnel de ses fruits, des usages traditionnels sont rapportés pour les maladies du foie et le diabète. En médecine populaire, il est utilisé dans les régimes amaigrissants et le contrôle de la pression artérielle.

GUANABANE (Annona muricata)

Arbre originaire du Pérou, répandu dans toute l’Amérique du Sud, son fruit, également connu sous le nom de graviola, est largement connu. Ses feuilles et son écorce sont traditionnellement utilisées dans une grande variété d’affections digestives et respiratoires. Il n’y a aucune preuve d’un tel effet chez l’homme, bien que des effets antitumoraux soient rapportés dans les tests sur les animaux.

YUCA (Manihot esculenta Crantz)

Arbuste sud-américain, dont la racine, également appelée manioc, est largement utilisée comme aliment. Ses feuilles sont traditionnellement utilisées pour les infections cutanées, les démangeaisons, les brûlures ou les maladies éruptives ; d’autres utilisations l’incluent comme antiparasitaire.

FRUIT DE LA PASSION (Passiflora edulis Sims)

Vigne amazonienne dont la fleur complexe a donné lieu à diverses interprétations, y compris théologiques. Son fruit est utilisé comme arôme ou pour faire des boissons rafraîchissantes ; Ses feuilles séchées sont traditionnellement utilisées « pour les nerfs » avec un effet calmant voire hypnotique, elle est également signalée comme antipyrétique et pour les problèmes de peau.

CHACRUNA (Psychotria viridis Ruiz & Pav)

La plante indigène de l’Amazonie péruvienne est utilisée comme purgatif, mais son utilisation la plus répandue est en cuisine commune avec Banisteriopsis caapi (ayahuasca) pour faire la concoction utilisée dans le rituel de l’ayahuasca. Ses propriétés psychoactives limitent son automédication en médecine traditionnelle, et il ne peut être utilisé que par les guérisseurs traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.